Le Front de gauche bat la droite à Saint-Ouen.

Le Parti de Gauche se félicite de la victoire de Jacqueline Rouillon et de Frédéric Durand dans le canton de Saint-Ouen.  Avec  2259 voix et 54,15% des suffrages, les candidats du Front de gauche permettent à la ville de Saint Ouen, populaire, solidaire et riche de diversité, de ne pas être représentée au département par un conseiller général de droite. Le représentant audonien du Sarkozysme voit sa campagne de l’entre-deux tours, outrancière et vindicative, payée de la monnaie qu’elle mérite.

C’est la preuve dans les urnes que dans les banlieues  proches de Paris, riches d’une grande tradition de luttes, il n’y a pas de fatalité de voir le choix politique se limiter à un arbitrage entre une droite régressive et une gauche de renoncement.

Non seulement le Front de gauche à Saint-Ouen a toute sa place, mais il a démontré qu’élargi (Fase, comité d’action… ),  il améliorait les positions de la gauche radicale (32% contre 28% au premier tour  en 2004) et entraînait une campagne énergique, rassembleuse et finalement  payante.

Cette capacité au rassemblement s’exprime à travers un certain sursaut de mobilisation : la participation augmente de presque trois points entre le premier et le second tour.

Pourtant, rien n’est acquis : l’abstention reste malgré tout très élevée, et la droite, en situation de débâcle sur le plan national, n’accuse jamais qu’un retard de 9 points, quand le rapport de force du premier tour pouvait laisser penser qu’elle serait écrasée à Saint-Ouen.  Le PG déplore l’attitude déplorable, de mauvaise perdante, de la candidate socialiste, qui n’a pas clairement appelé à voter pour les candidats de la gauche les mieux placés pour l’emporter au second tour.

Ainsi, la gauche modérée à Saint Ouen aura joué trois fois contre son camp : en concluant une alliance agressive et en menant une campagne débridée et personnelle contre une élue de gauche d’abord ; en faisant, dans l’entre-deux-tours, la politique du pire, sans appel à voter clairement pour Jacqueline et Frédéric, au risque de voir la droite l’emporter ; en préparant, de fait, bien mal le rassemblement de la gauche dans la perspective des échéances nationales.

Les électeurs sont bien entendu libres de leur choix, le seul qui compte. Mais le parti de gauche considère qu’à gauche, il y a décidément des choses qui ne se font pas.

Une campagne populaire, rassembleuse et  finalement victorieuse démontre que le Front de Gauche est prêt à passer en tête de la gauche, et à en assumer les responsabilités. C’est lui qui, par une campagne de fond, à montré que le changement à gauche était de son côté. Face à la droite qui détruit, plutôt que le choix d’une gauche qui renonce et se perd en cuisine électorale, une nouvelle voie est possible : celle d’une Autre Gauche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :