« L’abstention dynamique » des socialistes ou le retour des Tartuffes.

Triste date que ce 21 février 2012 : sans réel débat et éclaircissement sur la question, les députés français devaient se prononcer pour ou contre le « mécanisme européen de stabilité » (MES), la dernière trouvaille du couple Sarkozy-Merkel. Sous couvert d’ enrayer la crise de la dette au sein de l’Union européenne, ce nouveau texte n’est rien de moins qu’une première étape dans la construction de l’Europe « austéritaire » qui imposera à l’ensemble des peuples européens des traitements de choc qui tueront toute chance de croissance économique et provoqueront des drames sociaux.

Face à un tel enjeu, le Front de gauche a appelé ses camarades socialistes à prendre leurs responsabilités d’élus de gauche en en ayant le courage de s’opposer à ce traité. Partout en France, élus et militants du Front de gauche ont interpellé les députés socialistes en leur demandant de prendre clairement position CONTRE ce nouveau traité.

Les Français n’ont en effet pas oublié qu’après le rejet massif du traité constitutionnel européen (TCE) par référendum le 29 mai 2005, le vote populaire avait été bafoué par l’adoption au Parlement du Traité de Lisbonne qui n’était qu’une vulgaire copie du TCE; or, cette adoption n’avait été possible que par la lâche abstention de la majorité des élus socialistes.

Nous pouvions donc espérer que les élus PS ne renouvellerait pas cette opération indigne d’un représentant du peuple et qu’ils oseraient trancher : pour ou contre l’Europe libérale ?

Le résultat du vote est aujourd’hui affligeant : osant évoquer une « abstention dynamique » (Jean-Marc Ayrault) ou encore une abstention constructive » (Claude Bartolone, député et président du Conseil général de Seine-Saint-Denis), 130 députés socialistes ont fait le choix de la couardise et du mensonge en s’abstenant à nouveau, laissant un boulevard à la droite qui a pu adopter en toute quiétude ce nouveau traité libéral.

Dans notre circonscription (Saint-Ouen, Epinay, La Plaine, l’Ile-Saint-Denis) , le député Bruno le Roux a manqué une bonne occasion de se distinguer de ses camarades sociaux-libéraux : tel un Tartuffe, il s’est lâchement dissimulé derrière une abstention qui n’est autre qu’une acceptation de l’Europe austéritaire que le couple Sarkozy-Merkel rêve d’imposer aux peuples européens.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :